• En 2007, la Société Française de Pédiatrie sous l'égide du Ministère de la Santé, a publié une plaquette très claire sur les "troubles de l'évolution du langage".

    Ce guide pratique propose notamment, pour aller à l'essentiel, des rubriques sur:

    - le langage (quelques repères) p.5,

    - le rôle du médecin, p.7

    - l'accompagnement des parents, p.8

    - l'évolution du langage de l'enfant, p.12

    - quand s'inquiéter? à quel âge? les signes d'appel, p.15.

    Il manque à ce document d'autres repères, notamment sur la psychologie du développement de l'enfant et donc tout un éclairage "psychologique" qu'il ne faut en aucun cas négliger ... !

    Dans les écoles, le psychologue scolaire et les personnels du RASED seront aussi des interlocuteurs à privilégier.

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  •                             En lien avec ce dossier sur "LA SIESTE" publié dans la Lettre des maternelles (N° de février 2013) et à propos des "rythmes" chez le petit enfant (de la naissance à l'âge de 3 ans), Hubert MONTAGNE a écrit un remarquable ouvrage, qui fait le point sur des années de recherche en psychophysiologie et psychopathologie du développement: L'Arbre enfant, une nouvelle approche du développement de l'enfant (Edition Odile Jacob - septembre 2006).

    Il y donne d'intéressantes pistes (in chapitre 14  et conclusion) quant aux "insuffisances des lieux d'accueil de la petite enfance".       B. Vienne

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Sur le site de l'Observatoire des Inégalités, on pouvait lire, selon une étude publiée en 2006:

     "Quel que soit le milieu social et le niveau d’étude, les parents passent de plus en plus de temps à aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Cette aide reste très souvent l’apanage des mères, qui y consacrent en moyenne deux fois plus de temps que les pères.

    Mais les enfants de parents diplômés disposent d’un avantage évident. Quand l’enfant est au collège, 80 % des mères ayant au maximum le niveau de fin de primaire se sentent dépassées pour les aider, contre un quart des mères diplômées de l’enseignement supérieur. Au total, la moitié des mères se sentent dépassées. "

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique